English  |  US Flag Canada (Français) | Modifier

Nouvelles

Une entreprise de ramassage d’arbres fait dévier les arbres qui se retrouveraient au site d’enfouissement

Une entreprise de ramassage d’arbres fait dévier les arbres qui se retrouveraient au site d’enfouissement

L’entreprise florissante de Shawn Moore, résident canadien de Red Deer, en Alberta, offrant des produits de bois de spécialité, se décrit par un seul mot, et c’est « évolution ». Découragé par les hauts et les bas cycliques communs aux entreprises du secteur pétrolier, il se retrouve maintenant associé avec son épouse, Natalie, dans les Services arboricoles Trimmed Line ltée, fournissant des produits de bois scié et séché au séchoir, parfois rares, et destinés à tous les marchés, que ce soit des dessus de comptoirs, des portemanteaux, des plateaux avivés, ou du meuble fait à la main.

L’entreprise s’est diversifiée vers les produits de bois d’œuvre à partir d’arbres récupérés, seulement depuis deux ans environ. Mais ils recherchent déjà une propriété plus grande pour prendre de l’expansion. « Nous avons commencé par ramper, pour ensuite faire de petits pas, et maintenant nous sommes sur le point de faire de grands sauts, » dit Shawn. La carrière de Moore dans l’industrie du bois a débuté en sortant de l’école secondaire, en 1991, tronçonneuse en main, travaillant pour une entreprise de défrichement. En 2005, il faisait du défrichage sur les lignes sismiques pour l’industrie pétrolière et gazière, surtout pendant l’hiver. Pendant l’été, alors que le défrichage sur les lignes sismiques était en pause, il offrait également des services résidentiels arboricoles complets, qui incluaient l’abatage et le ramassage d’arbres dangereux, le broyage de souches, le recyclage de bois récupéré, le séchage du bois et des services de reboisement.

Shawn, un bûcheron-tuteur qualifié de niveau quatre, dit que une grande quantité du bois qu’il abattait et broyait pour des propriétaires de boisés privés et pour les municipalités finissait dans les sites d’enfouissement, et ça lui semblait du gros gaspillage d’une ressource précieuse. « Un jour, je regardais des troncs de 20 po entrer entiers dans notre broyeur à large capacité, et je pensais qu’alors que d’autres personnes parlaient de la biomasse et du virage écologique mondial, moi, je broyais des matériaux de 20 po commercialisable, » dit Shawn. « J’ai fait alors un choix conscient, pour chercher d’autres opportunités pour ce bois. »

 

Shawn a commencé par remarquer que le nombre de contrats de défrichage sur les lignes sismiques diminuaient de plus en plus, « les hauts et les bas du crash économique ont vraiment piqué au vif. » Vers le milieu de 2015, quand les prix du pétrole sont tombés à moins de la moitié de ce qu’ils étaient un an plus tôt, des milliers de gens embauchés par des pétrolières ont perdu leur emploi. Inutile de dire que les contrats sur les lignes sismiques étaient devenus rares et l’impact sur l’encaisse de Trimmed-Line était significatif. « C’était comme si personne ne voulait dépenser leurs dollars. Et l’avenir dans l’industrie pétrolière n’était pas reluisant. Nous avons pris la décision de réduire l’équipe en ne gardant que le nombre minimum d’employés, se procurer un séchoir et démarrer le projet de valeur ajoutée.

 

Le potentiel de revenus en diversifiant pour fournir des produits de bois séchés au séchoir, ou des produits de bois transformés était trop important. On ne pouvait l’ignorer. Que ce soit pour des propriétaires de boisés privés, ou pour les champs de pétrole, Shawn était payé pour sortir la matière ligneuse. Il calcula qu’au lieu de payer 67$ la tonne de copeaux de bois livrée au site d’enfouissement, il pourrait à la place faire acheminer la fibre ligneuse récupérée et commercialisable à son entreprise, et payer un employé ce qu’il économiserait en frais d’enfouissement, et ainsi, produire des produits de bois à valeur ajoutée et commercialisables.

 

Par ailleurs, la diversification de Services arboricoles Trimmed-Line les rendait moins dépendants des contrats provenant des champs de pétrole, tout en fournissant du travail à l’année pour ses employés-clé. Quand l’entreprise a gagné le prix du meilleur petit kiosque au Salon de l’habitation 2015 de Red Deer, à leur toute première participation, Shawn a compris que leurs produits suscitaient de l’intérêt auprès du public et que l’entreprise avait toutes les chances de réussir.

 

Aujourd’hui, Shawn se décrit comme un bûcheron urbain. Contrairement aux gros producteurs de bois d’œuvre, produisant de gros volumes, axés sur les produits de base, et dont les matériaux servent principalement aux applications structurales, Services arboricoles Trimmed-Line se concentre principalement sur de plus petits volumes de bois scié et séché au séchoir, qui sera utilisé surtout dans des applications de finition. Ils produisent tout de même quelques pièces de bois sur mesure pour construction non-structurale et pour des commandes spéciales, dans le but de trouver un marché pour écouler le plus possible leur matière ligneuse recyclée. « Nous vendons des plateaux avivés. C’est un marché assez stable, et nous les vendons à 14$ le pied-planche, comparativement à 75 cents le pied-planche pour les 2 po x 4 po, » dit Shawn. « Pas besoin d’y penser longtemps. » Ils scieront des grumes de différents diamètres, selon l’essence de bois, le grain présenté et la demande du marché pour le produit. « Même une pièce de lilas de 2 po se vend bien à des tourneurs sur bois, qui en font des stylos et des porte-cure-dents.


 

Les troncs récupérés par Services arboricoles Trimmed-Line, pendant leurs contrats de défrichage proviennent d’un rayon de 150 kilomètres autour de Red Deer. On y trouve plus de 10 essences d’arbres. « Nous avons presque toutes les essences qui ont été plantées ou qui sont indigènes au centre de l’Alberta, » dit Shawn. Ça inclut : du frêne de montagne, du frêne vert et noir, du peuplier noir, du tremble, de l’épinette, du cerisier de virginie 'Schubert', du pommier, de l’orme, de l’érable du Manitoba, du chêne, et plusieurs saules, incluant leur préféré, le saule à feuille de laurier.


 

Le processus sur place débute avec les opérateurs de tronçonneuses, pour abattre les arbres. D’autres équipements accompagneront les bûcherons, selon les besoins. Entre autres, il y aura des broyeurs à large capacité, des faucheuses forestières, de mini-excavatrices pour charger les camions et enlever les souches et une chargeuse sur chenilles. Une partie du bois récupéré est tout de même broyé sur place et acheminé à la ville de Red Deer pour les projets d’aménagement paysager, mais rien n’est envoyé au site d’enfouissement. Les grumes commercialisables sont transportées par camion chez Services arboricoles Trimmed-Line, où elles sont sciées sur une scie portable Wood-Mizer LT50, puis délignées sur une déligneuse à double lame Wood-Mizer EG200. « Les équipements Wood-Mizer ont beaucoup d’accessoires qui permettent de croitre mes opérations, » dit Moore, « je pensais aussi qu’ils avaient une bonne valeur de revente. Ce sont des machines faciles à utiliser et solides. » Il ajoute que la déligneuse est un bon atout, surtout lorsqu’on produit du bois d’œuvre dimensionné, il permet à une équipe de trois personnes de travailler efficacement.


 

Le but est de découvrir et préserver le grain particulier du bois dans chaque bille commercialisable. Après une inspection minutieuse, les plateaux commercialisables produits sur la scie à bande, sont séchés dans un séchoir à bois construit sur mesure, dont la chaleur est fournie par une chaudière alimentée par déchets de bois. Le bois pour la chaudière provient des déchets de bois générés par la scie à bande et la déligneuse. La chaleur produite par la chaudière à bois, chauffe également l’atelier et l’entrepôt de Trimmed-Line.



 

 

Après le séchage, chaque plateau de chaque arbre, de chaque essence, est soit entreposé dans différents endroits de l’entrepôt, en attendant les appels de clients, ou parfois, il est partiellement transformé dans leur atelier, pour des clients. Pour ce faire, ils utilisent une raboteuse de 20 po, une scie à bande, l’une de leurs scies circulaires à table, ou une scie à tronçonner pour compléter les demandes des clients. Parfois, l’associé de Moore, et ébéniste artisan, Chad Yanulik, transforme des plateaux de bois en produits artisanaux, faits à la main et attrayants.


 

Leur liste de clients grandit quotidiennement – artistes, ébénistes, fabricants d’armoires, entrepreneurs en construction, concepteurs, décorateurs, et entreprises telles que restaurants recherchant des pièces de bois spéciales ou des plateaux de la même essence ou ayant le même grain de bois que le projet spécial d’ébénisterie. Ils remarquent que lorsqu’ils ont fourni une ou deux pièces pour un projet, les clients leurs reviennent avec plusieurs autres demandes pour des projets futurs, parce qu’ils ont adoré l’apparence du bois.

 

Le concept entier de l’entreprise s’est concrétisé plutôt rapidement, découlant d’un désire de récupérer des arbres d’un projet scolaire local et une promesse d’utiliser le bois pour fabriquer des bancs de parc – ce qui a permit à l’entrepreneur en construction d’obtenir sa certification LEED. Après l’achat de la scie à bande et la déligneuse Wood-Mizer, la pièce finale du casse-tête s’est placée avec l’aide d’un vétéran dans le domaine du bois de spécialité, Peter Schmutz, propriétaire de Solar-Dri Timber Specialties, près de Rocky Mountain House. Il conseilla à Shawn de construire un séchoir à bois, avec un conteneur d’expédition de 40 pi. La chaudière à bois utilise près de 20 pi et le séchoir utilise les autres 20 pi, et des ventilateurs sont installés à l’intérieur pour circuler l’air. La température interne et l’humidité peuvent être contrôlées de l’extérieur. La température sera montée jusqu’à 60 degrés Celsius pour une durée de temps déterminée, pour le conditionnement. Selon l’essence, le temps dans le séchoir peut être de trois à six semaines, afin d’atteindre le taux d’humidité optimal. Le bois destiné à l’ébénisterie doit être séché à un taux inférieur à 10 pourcent. L’entreprise possède, sur les lieux, deux autres conteneurs d’expédition de 40 pi, afin de permettre une expansion éventuelle.

 

Lorsque la ville de Red Deer a approuvé l’installation du séchoir, au printemps dernier, la compagnie n’a jamais cessé d’aller de l’avant. La ville a aussi aidé l’entreprise. « Nous avons un projet pilote en démarrage d’entreprise avec la ville et son département des parcs, afin de récupérer les déchets de bois provenant des parcs municipaux, » dit Shawn. Aujourd’hui, Shawn mentionne que l’orientation de l’entreprise est soumise à un revirement complet. « L’entreprise de produits de bois était concentrée l’été, afin de garder les portes ouvertes jusqu’à l’hiver, » dit Shawn. « Nous changeons complètement notre orientation. Les opérations estivales sont deviennues notre gagne-pain principal, le cœur de l’entreprise, et si nous décrochons des contrats durant l’hiver, ce sera un bonus. »

Categories: Nouvelles

Tags: EG200, LT50

Abonnez-vous à l'email de Wood-Mizer